Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 08:57
Hier, Nicolas Sarkozy a rendu une visite éclair à l'usine d'Arcelor-Mittal de Gandrange en Moselle. 45 minutes top-chrono pour visiter l'usine et annoncer à tous les employés que l'état viendra sauver l'entreprise même si Mittal souhaite la fermer.
Sarko a donc annoncé que l'état était prêt à investir massivement pour sauver les 600 emplois concernés par le plan social.
Il a tenu un véritable discours de délégué syndical annonçant d'un ton martial "On va se battre, vous n'êtes pas seul." ou encore "
la France ne doit pas devenir un pays de services, il faut aussi des usines".Nicolas Sarkozy dans l'usine Arcelor-Mittal de Gandrange
Alors, comment compte-t-il faire ?
Ben, on ne sait pas. Et lui non plus d'ailleurs car il a promis de revenir dès qu'un expert aurait rendu ses conclusions fin avril ou début mai. D'ici là, le temps aura passé, les élections municipales également et tout le monde aura oublié cette promesse inconsidérée du président de la république.
Avec un tel discours, il a fini ovationné par les sidérurgistes, comme il avait été acclamé par les pêcheurs du Guilvinec. Aujourd'hui, en Bretagne, on doit bien regretter cet élan d'optimisme au regard des décisions prises, c'est à dire : peanuts.
Jean de la Fontaine disait il y a plus de deux siècles que "les flatteurs vivent aux dépens de ceux qui les écoutent". Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le flatteur Sarkozy vit plus que confortablement.


Dominik

Voir le dessin

Surtout, ne cliquez pas, c'est dangereux :
nti_bug_fck
Partager cet article
Repost0

commentaires

Dominik 05/02/2008 13:31

Excellente suggestion ! ;o)

Joke 05/02/2008 10:21

Modeste proposition pour améliorer le sort des ouvriers, des employés et des fonctionnaires

Me permettrez-vous une modeste proposition pour améliorer le sort des ouvriers, des employés et des fonctionnaires ? Je propose la suppression, dans toutes les entreprises et tous les services de l'Etat, des délégués du personnel, des délégués syndicaux et des comités d'entreprise et le retour sur leurs postes de travail ou dans leurs bureaux de tous les salariés actuellement déchargés pour assumer ces fonctions.
Certains objecteront, à juste titre, que les salariés seraient ainsi privés de tout moyen pour défendre leur vie déjà fort difficile.
Je propose donc que tout salarié ou groupe de salariés en difficulté puissent faire appel directement au président de la république qui est le mieux placé pour leur apporter, au nom de la nation, les paroles de réconfort dont ils ont besoin. A défaut de solution à leurs problèmes.
Il va de soi que les syndicats de salariés n'ayant plus d'utilité seraient supprimés ce qui permettrait d'économiser leurs frais de fonctionnement dont le montant serait intégralement versé aux syndicats patronaux pour les encourager dans leurs efforts de création de richesses pour tous.
Je pense très sincèrement que cette proposition dont le seul but est le bien commun et dont la mise en œuvre ne coûtera rien bien au contraire, ne soulèvera aucune objection. J'ajoute qu'étant moi-même retraité je n'y ai aucun intérêt personnel.

http://images-eu.amazon.com/images/P/2842059379.01.LZZZZZZZ.jpg