Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 14:25
C'est en tout cas la merveilleuse idée qu'a eu Philippe Bas pour financer la cinquième branche de la Sécurité Sociale : la dépendance. Tags : deuxième journée de solidarité, vieux, retraités, maison de retraite, climatisation, canicule, hécatombe, lundi de Pentecôte, François Fillon, Philippe Bas, UMP, Jean-Pierre Raffarin, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, patron, cadeau, masse salariale, anciens, 2 milliards d'euros, RTT, jour férié
Rappelons que le principe de la première journée de solidarité était de "donner" un jour férié pour financer la rénovation des maisons de retraite et notamment d'installer des climatiseurs suite à l'hécatombe d'anciens durant la canicule de 2003. Bien entendu, les climatiseurs n'ont pas été installés, les maisons de retraite ne sont pas mieux et la maltraitance règne même en maîtresse dans certains établissements (d'après quelques études explosives sur le sujet).
Face au tollé général, la suppression du lundi de Pentecôte s'est transformé en la suppression d'un RTT. Le principe étant identique : travailler pendant une journée gratuitement en faveur des vieux. Sauf que dans la réalité, vous travailliez gratos une matinée pour les vieux et l'après-midi, c'était pour votre patron. En effet, l'état prélève 0,3 % de la masse salariale, mais une journée représente 0,6 % de la masse salariale. La seconde moitié allant directement dans la poche d'un patron pas forcément vieux ou dans le besoin, mais surtout pas dans une maison de retraite. Un détail sur lequel les médias ne se sont guère attardés, naturellement. Pas plus sur le fait qu'après l'annonce de la Taxe Carbone, c'était encore un nouvel impôt qui allait ponctionner le contribuable alors même que Sarkozy prétendait les faire diminuer. Aujourd'hui, à moins de bénéficier du bouclier fiscal, il n'en est rien...
Alors indiquons à notre monsieur Philippe Bas qu'au lieu de penser à une autre journée de solidarité, l'état n'a qu'à prélever l'intégralité de la première au lieu de faire un cadeau de 2,2 milliards d'euros par an au patronat sous le couvert de la solidarité.

Dominik


Tags : deuxième journée de solidarité, vieux, retraités, maison de retraite, climatisation, canicule, hécatombe, lundi de Pentecôte, François Fillon, Philippe Bas, UMP, Jean-Pierre Raffarin, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, patron, cadeau, masse salariale, anciens, 2 milliards d'euros, RTT, jour férié

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominik Vallet - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

le-gout-des-autres 09/08/2009 08:38

Comment as-tu fait le calcul ?
(il y a, bon an mal an, 224 jours travaillés dans l'année)

Fred de Roux 06/08/2009 19:36

Allons bon, on nous a eus là aussi et on voudrait répéter la même farce. Ca commence à bien faire.
Il y a quelque 2 ou trois ans, je disais par plaisanterie que bientôt pour travailler, il faudrait reverser la totalité de son salaire. On y arrive.

des pas perdus 06/08/2009 19:27

non non c'est beaucoup plus compliqué que ça... ;)

Présentation

  • : Little Brother : humeurs
  • Little Brother : humeurs
  • : Le petit frère qui regarde l'actu avec des morceaux de dessins humoristiques dedans
  • Contact

Catalogue

Recherche