Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 07:58
Premier roman de la série LARRY J. BASH.Tags : Lieutenant X, Larry J. Bash, Vladimir Volkoff, Bibliothèque Verte, Littérature jeunesse, Robert Bressy, Marshall M. Ney, Charles Watts, Gil Hérel, fantôme, Atlanta, USA, détectives privés, enquêtes
Les lecteurs de Langelot savent déjà que le Lieutenant X est le pseudonyme de Vladimir Volkoff, mais cette série est censée être écrite directement par son protagoniste, à savoir Larry J. Bash et Volkoff ne serait qu'un intermédiaire pour le lecteur. En fait, les romans sont écrits par Volkoff lui-même, même si la page de garde indique "Traduit de l'américain par Gil Hérel".
Lawrence Justinian Bash est étudiant à Atlanta, mais aussi (surtout ?), capitaine de l'équipe de football américain. Comme il a besoin d'argent pour inviter Marilyn à la fête du Homecoming, il lance comme une boutade qu'il va être détective privé. Malheureusement pour lui, c'est plus facile à dire qu'à faire et personne ne veut de ses services. Il finit par atterrir chez Marshall M. Ney,mais ce dernier lui annonce qu'il ferme boutique dès le lendemain et qu'il n'a donc besoin de personne.
Seulement, dès le lendemain, Larry reçoit un coup de fil de Mr. Ney lui demandant de venir l'aider... à classer des feuilles éparpillées par un mystérieux cambrioleurs. Ce n'est pas vraiment un travail de détective, mais c'est un début. Quand ils en ont terminé, ils s'aperçoivent qu'il manque une photo de 4 soldats partis pour une opération secrète en France durant la seconde guerre mondiale !
Mr Ney en a un double, mais il se fait agresser dès qu'il en parle à la presse.
Et là, commence vraiment l'enquête...
Cette première aventure commence doucement. On sent que l'auteur tient à faire passer le fait que les muscles du capitaine de l'équipe de foot sont bien moins utiles que le cerveau de Mr Ney. De ce fait, il ne met pas beaucoup d'empathie dans son personnage et ça se ressent. L'histoire est tout de même intéressante et pas dénuée de rebondissements. Les illustrations de Robert Bressy sont correctes, mais pas inoubliables.

Dominik


Tags : Lieutenant X, Larry J. Bash, Vladimir Volkoff, Bibliothèque Verte, Littérature jeunesse, Robert Bressy, Marshall M. Ney, Charles Watts, Gil Hérel, fantôme, Atlanta, USA, détectives privés, enquêtes

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominik Vallet - dans Langelot
commenter cet article

commentaires

NoctéMédia 09/11/2009 11:49


Larry Bash, dans ce premier roman du moins, me semble un héros très réaliste et très vivant - comme l'est Dennis Watts - et je n'aurais jamais songé à reprocher à Volkoff un manque d'empathie
envers un personnage qu'il a lui-même créé... D'autant plus que ce Larry Bash, Américain venu des années 1980, ressemble furieusement à la majorité des jeunes Français d'aujourd'hui. Ignares et
plutôt fiers de l'être, cultivant leur apparence physique, plus intéressés par le sport et les jeux vidéo que par la littérature. Je manque peut-être d'empathie... Pardonnez-moi de m'être ainsi
étendu. Bien à vous.


Dominik 09/11/2009 11:12


Pas une faiblesse du roman, non, mais un manque d'empathie de l'auteur pour son personnage principal, ce qui me gêne un peu,mais n'est pas spécifique à ce roman, mais à la série dans son
ensemble.
Ca m'agace d'autant plus que c'est une des "rengaines" de l'auteur : les jeunes sont stupides et incultes, surtout s'ils ont les cheveux longs. Je ne prétends pas que ça n'existe pas, mais
généraliser comme il le faisait est tout autant stupide à mon sens.


NoctéMédia 09/11/2009 11:09


Larry Bash est inculte mais pas stupide ; il est aussi très fier de son apparence physique. Quant à son ami Dennis Watts, il est intelligent et cultivé, moins fonceur que Larry, plus réfléchi.
Je ne vois pas comment on peut voir dans ces portraits une faiblesse du roman.


Dominik 09/11/2009 09:03


Disons que l'auteur a du talent et qu'il sait y faire, mais j'ai tout de même été gêné par tous les tics habituels qui me gênaient dans les derniers Langelot. Les remarques appuyées sur les
corrections de style par son ami noir rentre dans cette catégorie. Volkoff considérait la jeunesse comme ignare et avait donc doté Bash de cette "tare", ce que je ne trouve pas très "empathique"
pour son héros et qui me gêne un peu.


NoctéMédia 08/11/2009 21:17


Bien sûr, les illustrations de Robert Bressy, assez malhabiles, sont loin d'être au niveau de celles que Maurice Paulin avait faites pour les trente premiers Langelot !


Présentation

  • : Little Brother : humeurs
  • Little Brother : humeurs
  • : Le petit frère qui regarde l'actu avec des morceaux de dessins humoristiques dedans
  • Contact

Catalogue

Recherche