Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 15:27
Mon trésor,

Permets-moi de t'appeler ainsi, parce que, vu ce que tu me coûtes, j'ai l'impression de m'adresser au monceau d'or de Picsou à chaque fois que je te parle.
Je savais déjà qu'à chaque fois que j'émettais un chèque ou que j'effectuais un retrait dans un distributeur hors de ma banque, cela me coûtait la bagatelle de 0,50 euros. Autrement dit, quand je dépense MON argent ou quand je retire MON pognon, je t'en donne un petit peu à chaque fois. On ne se rend pas bien compte combien de fois on a BESOIN d'y passer chaque mois, mais c'est assez affolant.
Je savais déjà que pour consulter MES comptes sur internet au lieu de déranger TES employés, cela me coûtait un peu de fric chaque mois.
Je n'ignorais pas que si mon compte avait la mauvaise idée de passer subrepticement négatif, tu allais me prélever des agios à un taux rédhibitoire. Et cela, même si c'était dû à ton ingénieux système de dates de valeur qui veut que si je dépose de l'argent sur mon compte, tu prends deux jours pour le faire travailler avant qu'il crédite mon solde. Au temps de l'informatique et d'internet, c'est fou, non ? Surtout que si j'enlève des sous, tu considères qu'ils ont disparu deux jours AVANT, on ne sait trop pourquoi, si ce n'est pour te remplir les fouilles.Tags : Banques, agios, découvert, chèque, retrait, Picsous, distributeur, argent, banquier, prêts, dates de valeur, faillite, traders fous, crise financière mondiale, Banque Centrale Européenne, Taux d'usure, Christine Lagarde, emprunt
On avait découvert que l'état t'avait généreusement prêté de l'argent pour que tu ne fasses pas faillite, emporté par les turpitudes de tes traders fous. Par la suite, j'avais constaté que tu continuais à ne plus guère prêter d'argent ou à des taux encore très élevés alors que la Banque Centrale Européenne t'offrait un taux frôlant le zéro absolu.
On savait donc que tu étais particulièrement inventif pour nous soutirer du pognon en douce, par petites bribes afin qu'on ne s'en aperçoive pas, mais voilà que j'apprends qu'en plus des agios, tu OSES prendre des sommes forfaitaires pour chaque opération effectuée à découvert. Du coup, pour un chèque émis de 100 euros sur un compte débiteur, on pouvait se retrouver avec 120 euros de frais et agios divers. Alors que le taux d'usure est fixé par l'état à 21 %, on arrive à la bagatelle de 120 % !!!
Malgré des bénéfices record cette année où la crise touche tout le monde sauf tes amis banquiers, votre profession refuse la moindre surtaxation d'une crise que vous avez créée de toute pièce.
Permettez-moi de vous dire qu'au bal des enfoirés, vous ne serez pas à l'orchestre.

Dominik


Tags : Banques, agios, découvert, chèque, retrait, Picsous, distributeur, argent, banquier, prêts, dates de valeur, faillite, traders fous, crise financière mondiale, Banque Centrale Européenne, Taux d'usure, Christine Lagarde, emprunt

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominik Vallet - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

sylvie 25/10/2009 09:20


Réalité fort bien décrite des pratiques de TOUTES les banques. Donc, changer de banque ne sert à rien.
Si : je pense que tant qu'à se faire plumer, on peut choisir par qui on se fait plumer ; ça la fiche mal pour les responsables d'agence quand ils doivent justifier la fermeture de X comptes dans
leur agence. C'est bien le seul pouvoir de nuisance qu'à le "petit" client sur le dos duquel ON se fait de très grosses marges.


Rébus 22/10/2009 14:10


Bien envoyé, Dominik


Dominik 22/10/2009 08:56


Le VOUS s'adressait aux banquiers en général... ;o))


Fred de Roux 21/10/2009 22:06


Une lettre fort bien écrite et l'emploi du TU ajoute encore à l'acidité du contenu. Dommage qu'à la fin, tu reprennes le VOUS : tutoyer son banquier, c'est quand même à peu près le rêve de tout le
monde, surtout s'il s'agit de lui remonter les bretelles.
Bravo pour ce morceau d'anthologie digne des plus grands. Tu devrais l'envoyer à ton banquier, histoire de lui chatouiller l'orgueil de son porte-fouille.


Grand-sachem-la-Brocante 21/10/2009 21:47


Rien que du vrai là dedans et ils en profitent car ces grands chantres de l'économie libérale font tout pour t'empêcher de faire jouer la concurence: il te lient les pieds et les poings!


Présentation

  • : Little Brother : humeurs
  • Little Brother : humeurs
  • : Le petit frère qui regarde l'actu avec des morceaux de dessins humoristiques dedans
  • Contact

Catalogue

Recherche