Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 08:38

La collection "Pour les Nuls" traite de plus en Tags : The Beatles, John Lennon, Paul Mc Cartney, George Harrison, Ringo Starr, Liverpool, musique, cd, vynil, Pierre Mikaïloff et Jean-Eric Perrin, pour les Nuls, Gilles Verlantplus de sujets, alors les Beatles ne pouvaient pas longtemps rester en dehors de leur champ d'investigation. Pierre Mikaïloff et Jean-Eric Perrin se sont donc attaqués à ce groupe mythique pour le faire découvrir au plus grand nombre.

Le livre est indéniablement une réussite car on y apprend quantité de choses sur leurs carrières, y compris quand on est, comme moi, déjà très au courant de ce qu'ils ont faits. Le livre est clair, didactique et complet.

J'avoue cependant que le côté linéaire de l'ouvrage m'a un peu dérouté. Je m'attendais à une sorte de dictionnaire des Fab Four et c'est à un historique que l'on a affaire. Disons que je trouve le contenu vraiment à la hauteur, mais qu'il se fond moyennement dans une collection très formatée comme celle là.

Ceci dit, si vous aimez le quatuor de Liverpool, foncez et vous vous replongerez avec délice dans la magie qui a constitué leur carrière en tant que groupe, mais aussi le parcours solo post-Beatles qui est une des parties que je connaissais le moins.

Dominik

 

PS : mon exemplaire est dédicacé. Un petit plus bien sympa...

 

Tags : The Beatles, John Lennon, Paul Mc Cartney, George Harrison, Ringo Starr, Liverpool, musique, cd, vynil, Pierre Mikaïloff et Jean-Eric Perrin, pour les Nuls, Gilles Verlant

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 08:02

Ce mercredi 12 novembre verra Emilie Simon poser ses Tags : Emilie Simon, Mue, concert, La Vapeur, Dijon, Végétal, Désert, La marche de l'empereur, 12 novembre 2014instruments à La Vapeur à Dijon pour un concert de la tournée de son dernier album : "Mue". J'avoue que cet opus ne m'a pas transporté, mais comme les précédents de "Végétal" à "Désert" m'avaient comblé, je me suis porté volontaire pour cette expérience musicale. Spécialiste en pop synthétique, elle avait aussi composé la musique du film : "La Marche de l'empereur", elle semble revenir à des instruments plus conventionnels.

En première partie, il y aura un groupe local dont le nom n'est pas encore connu. Puisse la surprise être bonne pour rendre la soirée encore plus inoubliable...

Dominik

Tags : Emilie Simon, Mue, concert, La Vapeur, Dijon, Végétal, Désert, La marche de l'empereur, 12 novembre 2014

Partager cet article
Repost0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 07:19

Après Lucy, j'avais envie de voir "Les Gardiens de la Galaxie", adapté d'une BD Marvel, mais pas du super-héros, il s'agit bien de science-fiction.les-gardiens-de-la-galaxie.jpg

En 1988, Peter Quill assiste à l'agonie de sa mère dans un hôpital américain quand il est enlevé par une soucoupe volante. 26 ans plus tard, on le découvre en "Star-Lord", un aventurier sans scrupule dérobant l'Orbe. Une sorte d'oeuf qui lui vaut d'être poursuivi par le puissant Ronan et son maître Thanos, mais aussi par Drax le destructeur, son ex-associé. Il finit par s'associer avec Rockett Raccoon, un mutant mêlant humain et raton l'aveur, Groot, un humanoïde végétal ne sachant dire que "Je être Groot" et Gamorra joué par Zoé Saldana. L'Orbe est une arme redoutable dont l'usage est sans doute trop dangereuse.

Au final, un film spectaculaire, drôle et prenant. On y découvre Vin Diesel (Groot) dans son meilleur rôle (il répète toujours la même phrase. Comment, ça ne le change pas trop ?). Les anciens, comme moi, apprécieront aussi les références musciales des années 80. Un bon moment pour toutes les générations qui aura très certainement une suite.

Dominik

Tags : Les gardiens de la galaxie, Marvel, James Gunn, cinéma, comics, sf, science-fiction, Vin Diesel, Thanos, Star-Lord, Zoé Saldana, film

Partager cet article
Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 06:58

L'été est aussi le moment où l'on s'enferme dans les cinémas pour échapper à la chaleur de l'été. J'avoue que c'est ma fille qui m'a trainé avec sa cousine pour voir ce film de Besson. Moi, j'ai bien aimé Besson lorque j'étais jeune et b... Non, jeune seulement. A l'époque, je lui reprochais de ne pas savoir finir un film Lucy.jpgcomme "Le 5e élément". Donc j'y allais un peu à reculons. Dans ce film, nous découvrons Lucy, une étudiante vivant à Taipe participant à son corps défendant à un coup foireux. Tout part très vite en vrille avec des balles sifflant à ses oreilles. On l'amène devant un ponte de la mafia locale et on lui ouvre l'abdomen pour lui insérer une nouvelle drogue de synthèse. Elle est accompagnée par plusieurs "mûles" toutes aussi volontaires qu'elle. Seulement, le sachet contenant la drogue s'ouvre et le produit se répand dans son organisme, le transformant radicalement. Son cerveau se met à se développer pour utiliser bien au-delà des 10 % usuels. Lucy est alors une créature avec de nouveaux pouvoirs exponentiels tandis que la mafia est à ses trousses.

Le film est spectaculaire, rythmé, prenant et on adhère au récit... mais comme d'habitude, Besson ne sait pas finir un film qui se termine par une pirouette que j'ai trouvé personnellement un peu débile. Avis confirmé par ma fille de 15 ans.

Bref, une bonne idée, un grand spectacle et un final décevant.

 

Dominik

 

Tags : Lucy, Luc Besson, Europa Corp, film, cinéma, Scarlett Johanson, Morgan Freeman, drogue, mafia, le 5e élément, sf, science fiction

Partager cet article
Repost0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 06:58

Sandra Amani a grandi dans le Morvan et elle connait bien tous les mythes et légendes de la région. legendesmorvan_big.jpgElle nous conte par le menu toutes les histoires de diables, de fées, de sorcières ou de malédictions diverses parsemant les vertes collines morvandelles. On y découvre la pierre qui vire (aujourd'hui dénaturée par une énorme statue de la vierge. Imaginez Stonehenge surplombé par une statue de Jésus !!!. La fée de l'Argentalet, la wivre du Beuvray, la légende de Gabrielle d'Estrées ou la bête faramine de Ménessaire. Chaque légende est l'objet d'une réinnterprétation de l'auteur se glissant dans la peau d'un protagoniste rendant les récits plus personnels. L'auteure a aussi parsemé son livre de textes poétiques sur le Morvan, mais j'avoue que ça m'a moins passionné. Peut-être est-ce le mélange de fiction et de textes de fonds qui m'a perturbé, surtout que ce n'est pas signalé. Au final, un ouvrage permettant de découvrir les petits mystères d'une région proche méritant vraiment le détour.

Légendes du Morvan est aussi agrémenté de cartes permettant de situer les légendes ce que j'ai trouvé très pratique. Elles permettent d'organiser un parcours de légendes très attrayant. On y trouve aussi des photos avec des effets "féériques". Ce dernier point ne me semblait pas nécessaire et fait même un peu kitsch selon moi.

Enfin, ce livre a été partiellement adapté en BD.

 

Dominik

 

Tags : Légendes du Morvan, Sandra Amani, contes, fantastique, sorcière, diable, wivre, fée, démon, pierre qui vire, Stonehenge, éditions de l'escargot savant, les auteurs bourguignons, Bourgogne

Partager cet article
Repost0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 06:32

Amélie Nothomb n'a pas besoin de mon blog pour vendre ses livres, mais après tout, je chronique qui je veux. Et puis, mon côté belge m'incline à une certaine tendresse envers mes compatriotes. Dans son cas, je n'ai pas trop à me forcer. J'aime beaucoup ce qu'elle fait et le titre m'inclinait à le lireNostalgie-heureuse...

Dès le premier chapitre, son style si particulier donne envie de s'emparer du chapitre suivant avec délice. Cette fois, elle nous parle de son retour au Japon pour y revoir la nourrice de son enfance, son amour de jeunesse et les lieux qui l'ont vu grandir. Suivie par des journalistes, cette visite a donné lieu à une émission que j'avais vu il y a quelques mois déjà. La lecture fut donc étonnante car chaque évocation me replongeait dans les images de ce reportage, l'éclairant des pensées intimes de l'auteure.

Retourner au pays du Soleil Levant après Fukushima donnait aussi le loisir d'apprendre comme les autochtones réagissaient à cette catastrophe. L'ouvrage s'est révélé passionnant comme à son habitude même si on peut difficilement le qualifier de "roman". Amélie nous racontant des bribes de sa vie, y mêlant même tout ce qui concerne son métier d'écrivain, créant ainsi une mise en abîme plutôt fascinante. Bien sûr, le texte reste trop court à mon goût, mais c'est habituel chez miss Nothomb qui fait rarement dans le roman fleuve. Tant pis, mais au moins on sait que la rentrée nous apportera le nouveau crû. Quelque part, cette permanence a quelque chose de rassurant...

 

Dominik

 

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 06:51

Alain Blondelon est un jeune auteur ayant fait ses premières armes chez Rivière Blanche avec des romans dans la ligne de "L'autoroute sauvage" de la regrettée Gilles Thomas. Il passe chez Armada pour un space Opera dans la même veine : A savoir le roman de Sf d'aventures comme on pouvait en lire au Fleuve Noir Anticipation durant des décennies.Connexions_menta_53692f81dcc55.jpg

Torgal et Marvick sont deux Défricheurs. Ils explorent la galaxie à la recherche de minerais à revendre. Quand ils atterrissent sur Végétalis, ils sont persuadés que la mission sera de pure routine. Quelques plantes à récolter avant de les monnayer au plus offrant. Comme à leurs habitudes, ils commencent par reconnaître le terrain tout en essayant d'amadouer l'autochtone. Mais rien ne se passe comme prévu et ils sont capturés par des Végétaliens hostiles. Ils sont finalement libérés par une Terrienne et deux Végétaliens désireux de fuir leur planète. Les ennuis sont loins d'être terminés. Ils vont devoir affronter des plantes mortelles et des mercenaires cupides et sans pitié. Ils apprendront aussi à mieux connaître les Végétaliens et leur connexion mentale...

L'auteur nous emmène dans une aventure échevelée dans un monde étonnant et dangereux. Les héros sont sympathiques et on a envie de lire d'autres aventures, ce qui devrait arriver, vu que l'éditeur a manifestement envie que cela devienne une série. J'allais oublier de parler de la magnifique couverture de Michel Borderie. Un illustrateur de grand talent.

 

Dominik

 

Tags : Connexions mentales, Alain Blondelon, éditions Armada, Michel Borderie, Rivière Blanche, Gilles Thomas, Julia Verlanger, PJ Hérault, HG Wells, space opera, SF, Science-Fiction, Roman, Fleuve Nir Anticipation

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 06:40

J'avoue : jusqu'à maintenant, dans la famille Delerm, je goûtais plutôt les joies de Vincent que les délices de Philippe. Et puis, on m'a offert ce petit livre. Ayant Vieuxcon.jpgmoi-même l'âge où l'on commence à craindre de passer pour un vieux con (ma fille me le rappelle assez), j'étais intrigué. L'auteur entreprend de décortiquer avec sa finesse de vue et son sens de la dérision un panel d'expressions qui ont la fâcheuse habitude de hanter nos conversations. Du titre de l'ouvrage à "J'étais pas né" en passant par "Comment il l'a cassé !", "ça passe trop tard" ou "c'est très bien fait". Chaque court chapitre est l'occasion de sourire en reconnaissant certains de nos petits travers, mais aussi ceux de nos contemporains, ce qui a tendance à plus nous amuser... Enfin là, je parle pour moi (mais pas que).

Au final, un moment de plaisir livresque que l'on déguste comme une friandise, une fraise Tagada fondant trop vite sous notre palais pour s'évaporer en un simple souvenir plaisant.

Pour conclure, ça m'a donné envie de lire d'autres oeuvre du Delerm père. En attendant, je me remets "Quinze chansons" du fils...

 

Dominik

 

Tags : Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm, roman, livre, Vincent Delerm, la première gorgée de bière, le goût des mots, Points

Partager cet article
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 06:19

Après  plusieurs ouvrages consacrés aux légendes et mystères du Morvan ou du Nivernais, Sandra Amani s'attaque à un autre domaine : l'Amour. amours-passions-antan-sandra-amani-g.jpegCertes, elle l'aborde toujours par le biais historique en listant les Bourguignons célèbres ayant connus une histoire d'amour inoubliable. Pour être plus précis, elle s'attaque aussi aux Bourguignons ayant côtoyés des célébrités comme la bonne de Victor Hugo ou les "peoples" historiques ayant vécu leur passion dans les terres bourguignonnes. On y découvre de grands noms par le prisme de leurs histoires de coeur de Bonaparte à Mallarmé en passant par le Chevalier d'Eon ou Catherine de Chateauneuf. Chaque chapitre nous conte ainsi une petite perle amoureuse, même si le Happy End n'est pas toujours de rigueur.

Si j'aime beaucoup l'illustration de couverture, j'avoue que les photos intérieures ne me semble apporter de plus-values aux textes, mais c'est une critique mineure par rapport à l'intérêt de l'ensemble. Bien que plus léger que ces précédents ouvrages, je trouve aussi que c'est l'un des plus réussis.

 

Dominik

 

Tags : Amours et passions d'antant en pays bourguignon, Sandra Amani, éditions de l'escargot savant, amour, chevalier d'Eon, Victor Hugo, Napoléon, Bourgogne, Bonaparte, Stéphane Mallarmé

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 19:28

Serge BerkDodos.jpg est un dessinateur qui tente de gagner sa vie en vendant des cartes postales humoristiques tandis que, Luc Banana, son compère de toujours essaie de refourguer ses albums de BD humoristique. Bien sûr, ce n'est pas la gloire et le chaland ne se transforme pas en client à chaque fois, même si on lui annonce que l'auteur est présent en chair et en os. Quand Serge est invité par Zdenek Babelette dans un pays de l'est pour montrer ses cartes de rats en compagnie d'un italien surnommé Mandoline-man, il croit la gloire arrivée. Quoi que, il déchante vite devant les aléas de son périple.

Ce livre est un vrai hymne à tous les petits auteurs écumant les salons BD pour réussir enfin à vendre quelques albums ou autres objets para-BD. Pas les Zep, Bilal ou Uderzo, non, les autres qui galèrent et rament pour exister. On croise quantité de personnages inoubliables que l'auteur a souvent puisé dans sa propre carrière d'auteur BD.

Si le roman souffre d'être un peu décousu car il n'y a pas de trame précise, pas de vrai début et encore moins de chute. C'est une chronique inspirée parsemée de nombreux morceaux de bravoure qui ne manqueront pas de vous emporter à sourire de ces "dodos" de la BD.

 

Dominik Vallet

Partager cet article
Repost0