Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 10:32
Clair de Lune continue sa saga de Tex Willer. Tags : Tex Willer, Les deux visages de la vengeance, Le prix de la vengeance, Oklahoma !, Giancarlo Berardi, Guglielmo Letteri, Galep, Mescaleros !, L'or du Sud, le prophète Hualpai, Les chasseurs de fossiles, Clair de Lune, fumetti, Sergio Bonelli, Claudio Nizzi, Corrado Mastantuono, Gian Luigi Bonelli, Aurelio Galeppini, Tex Speciale, Tiger Jack, Hualpai, indiens, révolte, Kit Carson, vente d'armes, bd, bande dessinée, Antonio Segura, José Ortiz, Mauro Boselli, Goran Parlov, l'ultime frontière, Carlo AmbrosiniAprès "Le prophète Hualpai", "Le chasseur de fossiles", "Sang sur le Colorado", "Mescaleros", "L'ultime frontière", "Oklahoma !" et "Le prix de la vengeance", voici le Tex Maxi N°4 intitulé "Les deux visages de la vengeance" d'Antonio Segura et Miguel Repetto.
Cet album est constitué de deux récits de vengeance ayant comme point commun : le Mexique.
Dans : "La colère de Tex", Tex Willer et le vieux Kit Carson entendent des coups de feu. Ils découvrent un affrontement entre Navajos et des Mexicains à l'entrée d'une mine. Les indiens leur apprennent que les Mexicains sont venus prendre possession de la mine qui leur a été concédé en échange de leurs meilleures terres. Après des négociations musclées, les Mexicains s'en vont, mais leur chef : Don Luis Toledo jure qu'il reviendra. En fait, il est allié au capitaine du fort de la région pour affamer les Navajos et les exterminer. Le soldat, pour monter en grade et Toledo pour récupérer les terres dont il a été exproprié par la guerre entre le Mexique et les Etats-Unis et se venger de Sierra le chef Navajo qui a massacré les siens. L'affaire se révèlera plus complexe avec une histoire de famille qui finira tragiquement.
Le second recit s'intitule : "Haine implacable". Tex Willer et Kit Carson sont à la poursuite de voleurs de bétails. Ils tombent sur les malfrats et les arrêtent, mais leur chef Wesley Fargo échange son immunité contre son aide pour prendre les organisateurs du trafic. Il leur explique qu'il s'agit d'un Mexicain surnommé Estrella Negra (étoile noire) et leur propose de les y mener. Pendant ce temps, Don Jaime, riche propriétaire d'une Hacienda se plaint auprès de son fils Sancho et de son régisseur (et fils batard) qu'on lui ait volé la moitié de son troupeau. Cruel et violent, il s'en prend à deux Quakers passant par là et les tue en les accusant de complicité de vol. Devant ce forfait, Miguel Nogales, son régisseur l'abat froidement et décide d'inventer une histoire pour faire accuser les prétendus voleurs de bétail. Quand Tex, Kit et Fargo arrive sur les lieux du drame, ils découvrent le plus jeune des Quakers encore en vie, mais sans réaction. Ils l'emmènent se faire soigner à l'hacienda toute proche où l'on enterre Don Jaime. En voyant le Quaker, Nogales déclare que les nouveaux venus font partie de la bande qui a assassiné leur patron...

On retrouve avec plaisir le trait précis de Miguel Repetto et notamment sa façon d'habiller certains de ces personnages de ce treillis fin et grisé qui en font sa marque de fabrique. Segura nous a concocté deux récits sur une classique trame de vengeance qui emporte l'adhésion du lecteur sans coup férir.

360 pages de BD d'aventures en noir et blanc de la meilleure espèce pour 14 euros.

Dominik


Tags : Tex Willer, Les deux visages de la vengeance, Le prix de la vengeance, Oklahoma !, Giancarlo Berardi, Guglielmo Letteri, Galep,  Mescaleros !,  L'or du Sud, le prophète Hualpai, Les chasseurs de fossiles, Clair de Lune, fumetti, Sergio Bonelli, Claudio Nizzi, Corrado Mastantuono, Gian Luigi Bonelli, Aurelio Galeppini, Tex Speciale, Tiger Jack, Hualpai, indiens, révolte, Kit Carson, vente d'armes, bd, bande dessinée, Antonio Segura, José Ortiz, Mauro Boselli, Goran Parlov, l'ultime frontière, Carlo Ambrosini
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 12:07
Ce roman est la suite de "Le peuple des rennes" chroniqué la semaine dernière Peupledesrenneset il conclut le cycle du peuple des rennes. Rappelons que Megan Lindholm n'est autre que Robin Hobb dont j'ai déjà parlé par ailleurs pour plusieurs romans. Cette histoire date de 1988 et si ce n'est pas sa meilleure, elle reste tout de même d'une grande qualité.
Tillu la guerisseuse a fuit la tribu de Bénu pour échapper à Carp le chaman qui voulait prendre son fils Kerleu comme apprenti et elle comme épouse. Elle est donc partie vers le nord avec son fils si différent qu'il suscite les quolibets de tous, voire le dégoût. Sa rencontre avec Heckram va changer sa vie car il ne rejette pas Kerleu et lui propose même d'intégrer le peuple des rennes, sa tribu. Alors que Tillu croit que tout va aller mieux, Ella, la compagne d'Heckram est sauvagement assassinée et Carp surgit pour à nouveau réclamer Kerleu. Entre Capiam, le maître des hardes pusillanime, Joboam le brutal et Carp le cruel, la vie ne sera pas rose, mais tout va changer quand ils seront au Cataclysme...
Comme à son habitude, Robin Hobb construit des personnages riches, attachants qui semblent si réels qu'on a l'impression de les cotoyer, même quand leur univers est si éloigné du notre. Je me suis endormi juste après l'avoir achevé et j'ai passé ma nuit auprès du peuple des rennes. Rien que ça indique à quel point le roman est une réussite.

Dominik


Tags : Le peuple des rennes, Le frère du loup, Megan Lindholm, Robin Hobb, Carp le chaman, Tillu la guérisseuse, Kerleu, Heckram, Ella, Lasse, Joboam, Kari, cataclysme, roman, fantasy, capiam
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 11:34
Clair de Lune continue de nous faire (re)découvrir Diabolik, le premier Fumetti Neri. Ce numéro 2 fait 380 pages dont 340 de bande dessinées avec deux histoires. La première est issue de Grande Diabolik N°2 : "La vendetta ha la memoria lunga. La seconde vient de Grande Diabolik N°4. Tags : Diabolik, Clair de Lune, Astorina, fumetti Neri, Grande Diabolik, inspecteur Ginko, Eva Kant, Altea, Sergio Zaniboni, Paolo Zaniboni, Alfredo Castelli, Mario Gomboldi, Patricia Martinelli, bande dessinée, bd, album
La vengeance a la mémoire longue : Les rares amis de Diabolik et Eva Kant se font assassinés un à un tout en faisant passer le meurtre pour un accident. Chaque mort a lieu dans un endroit désignant la victime suivante. A la troisième, Diabolik décide de prendre les choses en main, tandis que l'inspecteur Ginko est également sur la piste des tueurs (mais aussi de leur victime). Un épisode qui nous renvoie à des épisodes anciens dont certains sont parus en France. Ainsi Vaentino apparait dans "Le chat" du Diabolik N°59 (3e série), Matteo dans "La mort rôde sur la colline" (Diabolik N°25 2e série) et Saverio dans "L'homme de la roche" (N°33 de la 2e série).
Tempête de souvenirs : Diabolik commet un cambriolage pour dérober des diamants, mais c'est la "Perle Noire" qu'il désire plus que tout. Malheureusement pour lui, elle n'est pas là et il décide de poursuivre ses investigations pour la trouver. Cela le conduira à Remada où Altea, la compagne de Ginko est en villégiature. Elle tombe sur un échange entre trafiquants locaux et quand elle veut les dénoncer à la police, elle découvre que le chef local de la police est justement l'un des gangsters. Elle est aussitôt emprisonnée, accusée de trafic de drogue. Ginko va immédiatement à son secour et découvre que Diabolik est également présent...
Là aussi, les flash-back permettent aux lecteurs français d'en apprendre davantage sur la série.
En déhors des BD, on a aussi droit à des articles sur Diabolik tout à fait intéressant. Le seul bémol : je ne suis pas un grand fan des dessinateurs Sergio et Paolo Zaniboni. Pas qu'ils soient mauvais, mais je ne suis pas fan de leur style.

Dominik


PS : Merci à Satanik pour les références des anciennes parutions françaises...

Tags : Diabolik, Clair de Lune, Astorina, fumetti Neri, Grande Diabolik, inspecteur Ginko, Eva Kant, Altea, Sergio Zaniboni, Paolo Zaniboni, Alfredo Castelli, Mario Gomboldi, Patricia Martinelli, bande dessinée, bd, album
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 12:33
Martin Mystère est plus connu de nos jours par le dessin animé créé par Marathon, mais c'est à l'origine une bande dessinée imaginée par Alfredo Castelli et dessinée par Giancarlo Alessandrini. D'abord paru dans les pages d'Ombrax (un petit format chez Lug), la série a ensuite eu sa propre revue le temps de deux petits numéros. Elle est revenue par Glénat via la collection Deux heures et demi, puis chez Semic en réédition des anciens épisodes et par un album géant. C'est au tour de Clair de Lune de nous ramener le détective de l'impossible dans l'hexagone.Tags : Martin Mystère, Alfrdo Castelli, Daniele Caluri, Giancarlo Alessandrini, dessin animé, Marathon, Java, Diana, Semic, Lug, Ombrax, Glénat, Deux heures et demi, Archéologue, Clair de Lune, New York, Les travaus d'hercule, Gustave Doré, Paris, musée du Louvre, Vidocq, Le caravage, Léonard de Vinci, Pianosa, vatican, Da Vinci Code, bd, bande dessinée, album, fumetti, Bonelli
Martin Mystère est un archéologue américain vivant à New-York avec son ami Java, un authentique Néanderthalien découvert lors d'une de ses premières expéditions. Il est également marié à Diana, une jolie blonde parfois énervante qui fut longtemps sa fiancée (dans les épisodes français, il était encore fiancé).
Clair de Lune nous propose deux aventures inédites : "Les treize travaux" et "Le code Caravage".
La première histoire nous parle de Gustave Doré et de sonpremier récit publié intitulé : "Les treize travaux d'Hercule", mais qui fut amputé du treizième car le récit était trop long ! C'est surtout le récit d'une série de crimes perpétrés autour de cette histoire que tentera de résoudre Martin. Le centre de l'intrigue est donc Paris et son musée du Louvre. On y croise Vidocq, des rois mérovingiens et bien d'autres.
La second récit nous emporte en Italie à la suite du peintre surnommé Le Caravage dont la vie trépidante l'a notamment menée sur la petite île de Pianosa. Martin est justement dans la Péninsule pour une émission télé et son producteur le presse de s'intéresser au Caravage, mais Martin n'y voit rien de mystérieux. Finalement, quand un historien meurt violemment sur Pianosa, cela intrigue notre détective et il décide de s'y intéresser. Là encore, nos amis croiseront de nombreuses figures historique dont Léonard de Vinci, des sociétés secrètes, des mystères du Vatican et bien d'autres énigmes.
Les deux histoires sont dessinées par Daniele Caluri qui n'est pas mon artiste favori. Par contre, les intrigues mélangent astucieusement le récit historique et l'enquête de Martin Mystère pour nous amener à petits pas jusqu'à la conclusion finale. Pour peu qu'on s'intéresse un peu à l'Histoire et/ou aux énigmes historiques, on est captivé.

Dominik


Tags : Martin Mystère, Alfrdo Castelli, Daniele Caluri, Giancarlo Alessandrini, dessin animé, Marathon, Java, Diana, Semic, Lug, Ombrax, Glénat, Deux heures et demi, Archéologue, Clair de Lune, New York, Les travaus d'hercule, Gustave Doré, Paris, musée du Louvre, Vidocq, Le caravage, Léonard de Vinci, Pianosa, vatican, Da Vinci Code, bd, bande dessinée, album, fumetti, Bonelli
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 11:54
Il n'y a jamais eu autant d'albums de bande dessinée dans les rayonnages des librairies, mais cet album mérite vraiment le détour. Tags : Le cavalier Maure, Le Topinambour, album cartonné, bd, bande dessinée historique, Patrick A. Dumas, Jean-Marc Lainé, Jim Lainé, Suleyman Ibn al Farouk, musulman, Grenade, la reine Isabelle d'Espagne, Grande Inquisition, Algesiras, Pif Gadget, françois Corteggiani, religions, toléranceIl s'agit du recueil de sept histoires courtes parues dans Pif gadget entre 2005 et 2007 du Cavalier Maure. Paru au Topinambour, c'est donc un petit tirage, mais si vous voulez avoir une bonne surprise, n'hésitez pas !

En janvier 1492, Suleyman Ibn al Farouk le Musulman, se trouve dans la ville de Grenade assiégé par l'armée catholique de la Reine Isabelle. Épris d'Art et de culture, il va s'enfuir de la ville en compagnie de Samuel le juif chacun n'emportant que le strict nécessaire : leur livre sacré ! On suite ensuite Suleyman Ibn al Farouk dans sa route pour rejoindre Algesiras et fuir l'Espagne de l'Inquisition. En chemin, il fera des rencontres qui infléchiront sa décision...

Ces courtes histoires sur un ton doux-amer sont une ode à la tolérance entre les peuples et les religions, un message parfaitement d'actualité en ces temps où les divers intégrismes sont à la hausse. Le fait que le héros soit un Musulman est assez osé, mais il montre que l'intolérance est à double sens et que la culture que l'on connait mal n'est pas forcément barbare.

Jean-Marc Lainé a donc dressé un tableau tout en finesse en se documentant sur cette période troublée de l'Histoire. Patrick Dumas, en plus d'être un homme charmant, est un dessinateur précis qui cisèle ses illustrations avec amour. De la belle ouvrage dans le style de la BD historique.

Ceux qui auraient lu ces histoires dans Pif auront en plus une couverture originale magnifique et une quatrième de couverture à l'avenant. Sans oublier un tiré à part, voire une dédicace du dessinateur. Achetez nombreux cet album pour qu'on ait une chance de lire la suite des aventures du Cavalier Maure.

 

Dominik

 

Tags : Le cavalier Maure, Le Topinambour, album cartonné, bd, bande dessinée historique, Patrick A. Dumas, Jean-Marc Lainé, Jim Lainé, Suleyman Ibn al Farouk, musulman, Grenade, la reine Isabelle d'Espagne, Grande Inquisition, Algesiras, Pif Gadget, françois Corteggiani, religions, tolérance

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 08:57
Fred Tréglia est infatigable. Après avoir lancé la revue Golden Comics, puis Golden Legends, le revoilà avec Golden Titans N°2. Ce numéro était prévu pour septembre et il n'arrive qu'en novembre, mais c'est assez courant chez les petits éditeurs.Tags: Fred Tréglia, Golden Titans N°2, Golden Comics, Golden Legends, Univers Comics Unlimited, super-héros de l'âge d'or, Mr Scarlet et Pinky, Captain Marvel, Bulletman, Bulletgirl, Black Terror, The Flame, Phantome Lady, sidekick, blog, bd, bande dessinée, Reed Man, Miss MasqueJean-Marie Arnon
Après une couverture de Reed Man regroupant tous les super-héros composant le sommaire, nous avons droit à quatre histoires de super-héros datant des années 40 (1939 à 1948 pour être précis). La première met en scène un deuxième épisode de Mr. Scarlet et Pinky. Brian Butler et son ami Pinky voit un corps éjecté d'une voiture. Il se précipite pour secourir la victime sous leur identité secrète...
La deuxième histoire nous montre la jolie Phantom Lady dessinée par Matt Baker. Sandra est suivie par son fiancé Don qui veut devenir détective. Alors qu'il croit la surprendre, il embrasse une fille ayant la même robe ! En fait, l'agence chargée des cours pour devenir détective est loin d'être très honnête...
La troisième met en vedette Black Terror dessiné par Mort Meskin, le super-héros tout de noir vêtu arborant une tête de mort sur son costume.. Il est toujours accompagné de Tim son "sidekick". Dans cette histoire, on verra Lady Serpent s'échapper de prison et le duo partir à sa recherche...
La dernière bande montre "Miss Masque", alias Diana Adams, une ravissante jeune fille frivole et mondaine qui se transforme en Miss Masque pour arrêter les brigands...
Entre les bd, nous avons droit à des fiches sur les auteurs et les personnages qui nous en apprennent un peu plus sur des héros qu'on ne connait pas forcément.
En bref, 48 pages très pro sur ces comics d'antan au charme rétro. Les bandes sont inégales, mais si vous avez de la curiosité historique et/ou un brin de nostalgie de ces bd d'autrefois, la revue est faite pour vous. Vous pouvez la commander en allant sur le blog de Fred : http://fredcomics.over-blog.com/

Dominik


Tags: Fred Tréglia, Golden Titans N°2, Golden Comics, Golden Legends, Univers Comics Unlimited, super-héros de l'âge d'or, Mr Scarlet et Pinky, Captain Marvel, Bulletman, Bulletgirl, Black Terror, The Flame, Phantome Lady, sidekick, blog, bd, bande dessinée, Reed Man, Miss MasqueJean-Marie Arnon
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 08:45
En décembre 1961, Jean-Claude Poirier a 17 ans et il publie sa première bande. Tags : Achille Zavatta, la piste aux étoiles, le trésor des 13 maisons, Bibi Fricotin, André Poirier, série tv, Jean-Claude Poirier, bd, bande dessinée, Horace cheval de l'ouest, SPE, Jeunesse Joyeuse, 1961, Supermatou, Pif gadget, Paul Préboist, Pierre Repp, clown, vedete télévisionElle paraîtra dans la revue Jeunesse Joyeuse (1re série) à la SPE du N°82 au N°93 (novembre 1962). Publiant en bande principale du Bibi Fricotin, cette revue a souvent été qualifiée abusivement de "Journal de Bibi Fricotin" dans les (rares) biographies consacrées à Jean-Claude Poirier.

Bien qu'en couverture, on annonce fièrement "Achille Zavatta"
, il n'est fait nulle référence au patronyme du clown dans la BD. A l'intérieur du fascicule, on ne trouve trace que de la série "Le trésor des 13 maisons" par André Poirier (textes) et Jean-Claude Poirier (dessin).

Pourtant, il s'agit bien de ça. Achille Zavatta est certes connu pour ses prestations de clown dans la Piste aux étoiles, mais en 1961, il joue dans la série télévisée : Le trésor des 13 maisons (13 épisodes de 26 minutes en noir et blanc). C'est cette série qui sera adaptée en bande dessinée. Il y incarne Cristobal tandis que Mimi est jouée par Sylviane Margollé et Roger par Patrick Lemaître. Dans cette série, on retrouve aussi Paul Préboist et Pierre Repp. André Poirier est le scénariste de la série télévisée. On le retrouve aussi en tant qu'acteur dans quelques films de 1973 à 2006. Tags : Achille Zavatta, la piste aux étoiles, le trésor des 13 maisons, Bibi Fricotin, André Poirier, série tv, Jean-Claude Poirier, bd, bande dessinée, Horace cheval de l'ouest, SPE, Jeunesse Joyeuse, 1961, Supermatou, Pif gadget, Paul Préboist, Pierre Repp, clown, vedete télévision

Tags : Achille Zavatta, la piste aux étoiles, le trésor des 13 maisons, Bibi Fricotin, André Poirier, série tv, Jean-Claude Poirier, bd, bande dessinée, Horace cheval de l'ouest, SPE, Jeunesse Joyeuse, 1961, Supermatou, Pif gadget, Paul Préboist, Pierre Repp, clown, vedete télévisionDeux enfants (Mimi et Roger) et Cristobal l'Ecossais excentrique (qui a les traits d'Achille Zavatta) tentent de retrouver le trésor perdu du marquis de la La Paillerie, mais ils ne sont pas les seuls sur l'affaire et ils sont poursuivis par des jumeaux malfaisants...

 

Chaque épisode compte tout de même 16 pages de l'histoire et il y en aura pas moins de douze ! Le style de Poirier n'y est pas encore affirmé. Tags : Achille Zavatta, la piste aux étoiles, le trésor des 13 maisons, Bibi Fricotin, André Poirier, série tv, Jean-Claude Poirier, bd, bande dessinée, Horace cheval de l'ouest, SPE, Jeunesse Joyeuse, 1961, Supermatou, Pif gadget, Paul Préboist, Pierre Repp, clown, vedete télévisionIl se rapproche de celui de Maximax, mais en moins précis. L'humour distillé dans le récit est assez léger. Il se base essentiellement sur le décalage de Cristobal l'Ecossais excentrique et notre société ainsi qu'en ridiculisant les jumeaux dans leurs tentatives de les arrêter. On est donc très loin d'Horace cheval de l'Ouest ou de Supermatou du même auteur, mais c'était ses débuts et on peut donc comprendre ces défauts de jeunesse.

On notera toutefois que sa signature est déjà quasiment la même qu'il adoptera plus tard.

 

Dominik

 

Tags : Achille Zavatta, la piste aux étoiles, le trésor des 13 maisons, Bibi Fricotin, André Poirier, série tv, Jean-Claude Poirier, bd, bande dessinée, Horace cheval de l'ouest, SPE, Jeunesse Joyeuse, 1961, Supermatou, Pif gadget, Paul Préboist, Pierre Repp, clown, vedete télévision

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 10:26
Megan Lindholm est un autre nom de plume de l'auteure plus connue sous celui de Robin Hobb.Tags : Megan Lindholm; Robin Hobb, France Loirsir, Fantasy, Le peuple des rennes, Laurence Verrier, illustration, Tillu, Kerleu, Carp, Joboam, Heckram, Maryvonne Ssossé, The reindeer people, Ace Books, 1988, sf, science fiction, roman, le frère du loup
Tillu la guérisseuse doit fuir la tribu de Bénu avec son fils Kerleu le jour où Carp le Chaman, qui s'occupe déjà de former son fils, décide de la prendre pour compagne. Tillu n'aime pas Carp et ce qu'il fait à son fils. Kerleu est "différent" ce qui lui vaut les quolibets des autres enfants et les regards désapprobateurs des femmes.
Tillu s'enfuit donc vers le nord et le froid, espérant ainsi tromper la perspicacité de Carp s'il s'avisait de les chercher. De longs mois, elle erre à travers la neige et le paysage glacé, peinant à survivre car elle n'est guère douée pour la chasse et son fils est incapable de l'aider.
Pourtant, un jour, elle tombe sur deux chasseurs quand un troisième, caché, lance -par erreur- sa lance sur le plus jeune des chasseurs. Il disparait et laisse croire que c'est Tillu la fautive. Par chance, elle réussit à sauver le jeune homme tandis que le second se lie d'amitié avec la femme et son fils.
En ces temps reculés, la vie est rude et la proximité du village d'Heckram rend la vie plus facile pour la guérisseuse. Pourtant, à l'approche des beaux jours, la tribu doit reprendre la route. Tillu va-t-elle les suivre alors que Joboam semble vouloir la convoiter tout en maltraitant Kerleu. Et si Carp revenait à la charge.
Il faut rentrer dans cet univers rustique de Megan Lindholm, mais cela fait, on est entrainé par ses personnages et l'on pressent la touche de fantastique sous-jacente de l'histoire. Le récit s'achève dans un second tome que je viens d'entamer...

Dominik


Tags : Megan Lindholm; Robin Hobb, France Loirsir, Fantasy, Le peuple des rennes, Laurence Verrier, illustration, Tillu, Kerleu, Carp, Joboam, Heckram, Maryvonne Ssossé, The reindeer people, Ace Books, 1988, sf, science fiction, roman, le frère du loup
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 09:01
Après Dampyr et Tex Willer, les éditions Clair de Lune nous propose une nouvelle série issue de l'éditeur transalpin Bonelli : Nick Raider. Il s'agit ici d'un inspecteur de la police criminelle de New York. A priori, je ne suis pas fana des histoires de flics dont nous sommes abreuvés jusqu'à plus soif à la télévision, mais j'avais décidé d'essayer pour voir ce que ça valait... et je n'ai pas été déçu !Tags : Nick Raider, Bonelli, Clair de Lune, bd, bande dessinée, album, fumetti, police criminelle de New York, Porsche, Dampyr, tex Willer, Claudio Nizzi, Corrado Mastantuono, Alfie, policier
Dans ce copieux album de 360 pages, on a droit à quatre histoires différentes toutes signées par Claudio Nizzi pour le scénario et Corrado Mastantuono pour le dessin.
La première histoire s'intitule "Un homme dans la ligne de mire" (
Un uomo nel mirino). C'est l'histoire d'Eddie Caruso qui sort de prison, mais qui est bigrement attendu à sa sortie. Deux gangs de la mafia en ont après sa peau. L'un pour une histoire de diamants alors que ce n'est pas lui qui les a et l'autre parce qu'il aurait engrossé la fille d'un gros bonnet. Comme c'était un ami d'enfance de Nick Raider, il vient lui demander son aide...
La seconde histoire intitulées "Eaux troubles" nous montre un corps de femmes retrouvé coupé en deux, ce qui rappelle furieusement un autre drame survenu quarante ans avant. L'enquête de Nick Raider le mène jusqu'à miss van Horn et sa Porsche noire. Si elle semble hors du coup, sa famille très riche n'a peut-être pas les mêmes accents de l'innocence...
Le troisième récit : "La rose jaune du Texas" nous parle de Texas Rose, une jeune fille qui est capable d'atteindre n'importe quelle cible les yeux fermés et qui gagne sa vie en s'exhibant dans les foires. Quand Calvin décide de la défier, c'est surtout pour montrer sa supériorité de mâle avec les armes à feu, mais elle le ridiculise. Deux ans plus tard, Rose cherche du boulot à New York, mais son agent tente d'abuser d'elle et elle... le tue en l'assomant et en lui collant une balle dans le coeur. Alors qu'elle se débarasse du corps, elle tombe au milieu d'une planque menée par Nick Raider. Prise dans une fusillade, elle sauve sa vie en même temps que celle de l'agent de la police criminelle. Cependant, elle doit payer le meurtre qu'elle a commis...
Pour finir, on a droit à une petite histoire du nain Alfie, l'indic habituel de Nick Raider. Il raconte comment il a autrefois secondé un détective privé véreux dans une affaire de moeurs...
Quatre récits ciselés par Claudio Nizzi, un des grands maîtres du scénario italien.

Dominik


Tags : Nick Raider, Bonelli, Clair de Lune, bd, bande dessinée, album, fumetti, police criminelle de New York, Porsche, Dampyr, tex Willer, Claudio Nizzi, Corrado Mastantuono, Alfie, policier
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 11:15
Le Capitaine Corcoran est un album rare. Tout d'abord parce qu'il n'est tiré qu'à 120 exemplaires (dont seulement 100 dans le commerce), mais aussi parce qu'il reprend une aventure vieille de 45 ans par un dessinateur apprécié par de nombreux bédéphiles : Fernando Fusco. Ce récit est donc paru à l'origine dans l'hebdomadaire pour filles : "Lisette" du N°37 au N°43 d'après un roman populaire d'Alfred Assolant.Tags : Le capitaine Corcoran, Fernando Fusco, Images Innées, Lisette, 1964, Alfred Assolant, roman, bd, bande dessinée, album, Inde, tigre Louison, Patrick Dumas, L'Oeil de Shiva, Semic
Cela raconte l'histoire du capitaine Corcoran qui arrive sur son brick en Inde pour livrer une cargaison de vin de Bordeaux. Sa mission achevée, il décide de prendre un peu de repos en allant chasser le tigre. Il en débusque un, mais ce dernier est aux prises avec un caïman (sic !). Corcoran décide de lui venir en aide et tue le reptile, puis soigne le félin. Dès lors, le tigre lui vouera une fidélièté à toute épreuve. Corcoran le baptise même du prénom : Louison ! Ensuite, la valeureux capitaine rend visite à la princesse locale et se prend d'amitié pour elle.
On les verra ensuite combattre Rao le ministre félon qui veut destituer Holkar, le père de la princesse et épouser sa fille dans des aventures échevelées.
Naturellement, tout cela a un peu vieilli, mais reste le charme d'antan et le graphisme agréable de Fusco. L'album est publié à l'identique de l'original, c'est à dire en bichromie verte ou orange selon les pages, ce qui ajoute au côté volontairement désuet de l'ensemble. On trouve également une biographie sur le dessinateur en fin d'ouvrage. Enfin, n'oublions pas la très belle couverture originale de Patrick Dumas. Il m'a confié avoir le roman d'Assolant dans sa bibliothèque, mais ne se rappelle pas l'avoir lu. Il reconnait toutefois que cela a pu l'influencer pour sa propre série L'Oeil de Shiva parue chez Semic. L'album est éditée par l'association "Images Innées", dirigée par des passionnés de bande dessinée, ce qui ne gâte rien.

Pour en savoir plus : http://www.saintrapt.com/imaginer/index.php?2009/12/02/45-whoooff#c61

Dominik


Tags : Le capitaine Corcoran, Fernando Fusco, Images Innées, Lisette, 1964, Alfred Assolant, roman, bd, bande dessinée, album, Inde, tigre Louison, Patrick Dumas, L'Oeil de Shiva, Semic
Partager cet article
Repost0